Réponse au Syndicat Sud Isère

 

Le Syndicat Sud Solidaire Isère ne sait pas compter !

Peut on compter sur eux ?!!! 

  

Avertissement : Nous n’avons strictement rien contre les syndicats et nous reconnaissons évidemment  leur rôle important dans le monde du travail. Ce sont aussi des partenaires-élus qui gèrent des comités d’entreprise et qui appliquent une politique sociale pour encourager des départs en colo.

 Soucieux de mener un débat de fond serein et juste, nous voulons ici simplement contredire les propos tenus dans un tract par le Syndicat Sud Solidaire Isère.

  

Nous, gens de terrain, avons lu avec attention les propos de Sud Solidaire Isère qui est à l’origine de la saisie de la cour de justice européenne à propos du Contrat d’Engagement Educatif  (le C.E.E).

 

Sud écris: « Si environ 500.000 animateurs ont espéré pouvoir dormir cet été, ce repos risque d'être de courte durée …. »

Sachant qu’il y a en moyenne 1 animateur pour 8 en colo, cela voudrait dire que 4 millions d’enfants partiraient chaque été en colo. C’est totalement FAUX.

On obtient avec difficulté 1 million d’enfants soit environ 125 000 animateurs/directeurs.

On aurait évidemment aimé le contraire mais en raison justement de difficultés financières, les enfants partent moins au profit, entre autres, des CLSH (Centres aérés).

 

Sud écris « Les animateurs travaillent essentiellement mercredis et vacances scolaires or, si on totalise ces jours pour l'année 2010-2011, par exemple, on obtient 99 jours. Ce qui signifie concrètement qu'une association peut employer un "animateur occasionnel" quasiment toute l'année. »

En colo, un animateur peut travailler 80 jours maximum par an sous le contrat C.E.E et uniquement pendant les vacances scolaires (et de fait, pas les mercredis !)

 

D'une part, une très grande majorité de ces animateurs est rarement  disponible durant 80 jours. Ce sont des vacataires qui encadrent sur leurs temps de vacances. Même un étudiant (dont les  vacances sont parfois décalés par rapport aux vacances scolaires enfants et qui, en plus, doit réaliser des stages en entreprise..,) ne l’est pas !

D’autre part, il ne serait pas possible de proposer 80 jours à l’ensemble des animateurs disposés à encadrer une colo car il n’y a pas assez de séjours !!!! En effet, les départs les plus importants en colo se déroulent durant l’été !!!!

Quant aux centres aérés, on sait que les conditions d’encadrement ne sont pas les mêmes et les animateurs, par définition,  arrêtent de travailler vers 19h !

 

Cela démontre que SUD Solidaire Isère n’a pas compris les spécificités tant pédagogiques que logistiques du monde des colos.