Retour Enquête du mois de Mars 2012

 logo.jpg

  

Cher(e), adhérent(e),

 

Vous trouverez ci-dessous le retour de l’enquête faite ces derniers mois auprès de nombreux animateurs et directeurs de séjours de vacances.

Nous précisons que cette enquête a été réalisée du 01 mars au 05 avril 2012, avant la mise en application de l’amendement Baguet.

Nous avons obtenu  958 réponses

Même si nous ne prétendons pas que ce nombre soit totalement représentatif du monde de l’animation des ACM, notre enquête a au moins le mérite d'avoir donné la parole et un moyen d'expression à celles et ceux qui encadrent les centres de vacances ! Il démontre à la fois un vif intérêt mais également une position claire et nette  de la part des acteurs pédagogiques puisque 84  % ne veulent pas de « 11h de repos ».

Cela ne nous surprend pas et confirme que l’on ne peut aborder ce secteur avec un regard classique propre au monde du travail tel qu’a voulu le présenter le syndicat Sud Solidaire Isère.

- 87 %  considèrent leur engagement comme une activité occasionnelle  et n’entendent d’ailleurs pas devenir plus tard animateur professionnel

- 87 %  veulent vivre et partager tous les temps de vie avec leur groupe.

- 88 %  considèrent que 11h de « repos » par jour est incompatible avec le projet pédagogique du séjour

 

Pour ce qui est de la partie concernant leur temps de repos, en acteur du terrain averti, nous savons que la typologie du séjour (âge des participants, effectif, mode d’hébergement, période, durée,  itinérant ou fixe, activité dominante sportive ou pas….) nous obligerait à affiner les réponses.  Mais on est loin de l’image de l’employeur esclavagiste qui profiterait de pauvres employés pour les faire trimer au travail.

 

Précisez votre statut professionnel :

image001.png

En CDI

331

35 %

Demandeur d’emploi

92

10 %

Etudiant

299

31 %

Autre

236

25 %

 

Je suis :

image003.png

Animateur stagiaire

43

4 %

Animateur BAFA

533

56 %

Directeur

382

40 %

 

Je suis animateur de colo pour devenir plus tard animateur professionnel :

image005.png

Oui

127

13 %

Non

831

87 %

 

Un animateur doit vivre et donc partager tous les temps de vie avec son groupe :

image007.png

Oui

833

87 %

Non

125

13 %

 

Sur tes séjours le temps de sommeil t’a t’il permit de te reposer suffisamment ?

image009.png

Oui

529

55 %

Non

429

45 %

 

 

J’aimerais bénéficier d’un temps de repos en plus de mon temps de sommeil

image011.png

Oui

387

40 %

Non

571

60 %

 

Si oui, tu aimerais disposer de :

image013.png

De 1 h à 2 h en plus

309

70 %

De 2 h à 3 h en plus

96

21 %

Plus de 3 h

39

9 %

 

Les 11 h consécutives par jour de temps dites de « repos » sont-elles indispensables pour un animateur ?

image015.png

Oui

158

16 %

Non

800

84 %

 

 

 

  

Ces 11 h consécutives sont-elles compatibles avec les projets pédagogiques des séjours que tu as encadrés ?

image017.png

Oui

112

12 %

Non

846

88 %

 

Si on devait appliquer ce temps de 11h consécutif, tu aimerais plutôt être :

 

Animateur de nuit (ex de 20h à 9h)

12

1 %

Animateur de jour (ex de 9h à 22h)

150

16 %

Animateur du matin (ex de minuit à 13h)

11

1 %

Animateur de l’après midi (ex de 11h à minuit)

50

5 %

Je ne veux pas prendre ces 11h et je préférerais avoir une rémunération compensatrice

735

77 %

 

 

 

 

Voici quelques commentaires issus de cette enquête. Nous avons sélectionné ceux qui nous semblaient les plus représentatifs du débat et traduisant très majoritairement les perceptions des acteurs de terrain, animateurs et directeurs, que nous partageons :

 

Etienne, BAFA handicapé :

Ne rien changer

2 équipes enlèveraient l'intérêt des colos à la fois pour anim et ados

C'est des gens qui n'ont jamais fait de colo qui veulent pondre cette loi

 

Anaïs, BAFA,

Je pense que cet arrêté peut avoir de vraies conséquences sur « l'âme » des séjours de vacances.

En effet, le temps que nous passons avec les jeunes, est un temps de partage. Nous ne pouvons pas imputer ce temps la! Les jeunes ont besoin de repères et de se sentir en confiance. Les 11h de repos consécutif implique d'avoir une équipe renforcée et des horaires (équipe de jour/ équipe de nuit). Or, cela va à l'encontre de la cohésion et de la dynamique de groupe. Avoir 2 équipes pour le même groupe de jeunes est, à mon avis, une hérésie car cela contredit le principe même de sécurité affective du jeune... Le jeune risque d'être perdu, d'avoir des repères flous et de se sentir en insécurité.

De plus, les animateurs qui partent en colo sont en général conscients du rythme qu'ils vont vivre pendant 2 ou 3 semaines. S'ils n'en sont pas conscients, c'est au directeur de les mettre en garde quant à leur rythme de vie...

 

Maxime, BAFA,

Je pense qu'appliquer ce temps de 11h de repos nuirait à la colonie, notamment sur le plan relationnel avec les jeunes. Nous deviendrons des travailleurs classiques et non plus des animateurs à part entière, car le travail d'animateur ne consiste pas à limiter son temps de travail, mais plutôt à se donner à fond pendant quelque temps.

De plus, lorsqu'un animateur a besoin de sommeil, il est en droit de demander au directeur s'il peut se reposer quelques heures de plus : c'est à l'image de notre job, on s'adapte et on discute.

Je serai plutôt favorable à l'instauration d'une demi-journée par semaine pour l'animateur dans laquelle il se consacre à l'organisation d'animation, à la mise en place de projet d'activités. Cela lui permettrait de moins veiller le soir et de préparer ses activités de la semaine en avance.

 

François, BAFD

Ce découpage du temps est inconcevable avec tout projet pédagogique visant le développement de la personnalité de l'enfant et l'apprentissage de la vie en collectivité.

C'est comme si on balayait 60 ans d'éducation populaire...

Il est urgent de revoir cette mauvaise copie !

 

Nolwen, BAFD

On ne peut pas appliquer les mêmes réglementations du travail à l'engagement temporaire qu'est l'animation volontaire. L'animation est un espace de libertés qui permet des organisations et des structures différentes, propres aux spécificités des séjours de vacances. Il appartient à chaque directeur et animateur de s'organiser au mieux dans cette vie collective pour alterner temps de travail, temps de présence et temps de repos.

Merci de continuer à rendre cela possible.

 

Thibault, BAFD

…..C'est une proposition basée sur la peur de l'accident. C'est toujours observer les colos par le prisme de l'accident et bien au-delà de cette mesure, c'est cette vision qui tue les colos.

Si on les observait avec l'œil bienveillant, le même que lorsqu'on observe un lieu d'épanouissement, on trouverait certainement d'autres propositions sûrement plus progressistes. Et l'on n'assisterait pas à une régression permanente vers le « gardons les enfants dans des salles vierges dans lesquelles ils ne trouveront ni objet tranchant, ni contondant ».

La mise à mort des colos, c'est déjà et avant tout la place trop importante des mesures liberticides prises par des personnes frileuses qui craignent l'initiative et la jeunesse...

Et le tout sans parler de la viabilité d'une telle mesure pour les organismes, économiquement, ça parait peu jouable, de l'ajout d'une charge de travail pour le directeur... Mais je pense qu'on s'apercevra de l'importance des colos dans la sécurité de la jeunesse quand elles auront disparu...

 

Valérie, BAFD

Envisager 11 h00 de repos c'est faire perdre tout son sens à la colo, celle de vivre ensemble des activités et relations enrichissantes pour tous. La vie de groupe se perd dans notre société individualiste, alors continuons de profiter de ces moments, de cette richesse éducatives à laquelle je participe. Est ce utopiste de vouloir vivre ensemble!
Ce temps de repos va impliquer des coûts faramineux pour les associations et ainsi faire augmenter les coûts pour les parents. Une fois de plus seul les familles aisées auront accès à cela , comme les Summer camp aux états Unis et une fois de plus la richesse que sont les colos ne seront plus partagées par tous !!!!!!

C'est l'expérience, l'échange que nous recherchons à travers notre job ....

 

Céline, BAFA

Bon courage pour faire entendre que cette réglementation n'est en rien appropriée aux contextes des colonies, et que ça implique la fin de vacances inoubliables pour de nombreux enfants. Et il ne faut pas oublier que pour certains enfants ce sont leurs uniques vacances! Augmenter le temps de repos d'autant c'est augmenter le coût des colos c'est priver de nombreux enfants de vacances, c'est donc un très net recul des efforts de notre société avec le droit aux vacances!